Sunrise Vitrine

Tribune : le ticket Kabila-Thisekedi mérite-t-il le titre de « sauveur » de la RDC ?

D’aucuns qualifiaient la toute première alternance démocratique d’Afrique centrale entre les deux chefs d’Etat de la RDC entrant et sortant, de raté avec un issu chaotique. Mais non. Cela n’a pas été le cas. Non seulement la population vit dans une quiétude habituelle nonobstant les vicissitudes de la vie, mais encore les deux personnalités à savoir le président Félix Tshisekedi et Joseph Kabila n’éprouvent aucun problème à se consulter en cas de besoin. La preuve, la très surprise visite de courtoisie de Kabila à la Cité de l’Union africaine résidence de Félix Tshisekedi ce dimanche 17 février.

Ont donc tort tous ceux qui estiment que le Congo-Kinshasa est passé à côté de sa toute première alternance démocratique. Non seulement aucune violence n’a été déplorée le jour d’après la publication des résultats, mais aussi toutes les pronostics du chaos sont tombés dans l’eau. Le soleil continue de se lever à l’Est sur Goma et se coucher à l’Ouest sur Kinshasa. Bravo donc au ticket Kabila-Fatshi. 

Un discours d’adieu qui répondait à toutes les questions du futur 

Ce climat convivial était prévisible. Malgré le retard orchestré avant la tenue de ces troisièmes élections et le doute qu’il a nourri sur le départ et l’avenir politique de Kabila, nul n’ignore les multiples réponses que JKK ne cessait de donner quant à ce. Il n’a pas arrêté de rappeler à tous ceux qui avaient pour unique occupation de consulter régulièrement la Constitution. 

Son attitude calme, sa sérénité, son sang-froid, sa conviction et son assurance à léguer à son prédécesseur un Congo uni et apaisé s’étaient toutes traduites dans son discours d’adieu à la nation. Joseph Kabila Kabange appelait à une grande coalition de toutes les forces vives.  Des analystes estiment qu’aucune entrave ne devrait se mettre en travers le chemin de ce ticket gagnant « CACH-FCC ».    

Il le disait en ce mot : 

« Je le dis avec autant plus de force que dans le choix fait par le souverain primaire de ne pas faire coïncider la majorité présidentielle et la majorité parlementaire, je dis non pas un appel à la cohabitation, mais une exhortation pressante de leaders politiques à regarder dans la même direction, à coaliser leurs efforts et à travailler ensemble pour la satisfaction des besoins de la population et des biens de la nation. »

Et il renchérissait en disant : 

« J'en appelle donc à une grande coalition de toutes les forces progressistes, coalition contre les forces prédatrices qui se sont liguées et qui tenteront toujours de se liguer pour s'accaparer de nos ressources naturelles sans contrepartie pour nos enfants et nos petits-enfants. Coalition pour défendre, y compris au prix du sacrifice suprême, l’indépendance, la souveraineté et l'intégrité territoriale de notre pays, le droit légitime de notre peuple à l'autodétermination ainsi que les valeurs de notre dignité. Coalition pour une prospérité partagée et une cohésion nationale chaque jour renforcée, notre diversifié étant un atout majeur. »

Il conscientisait chaque Congolais à faire bloc pour défendre les valeurs et les acquis de la République, il le disait en ce mot : 

« Coalition enfin pour parfaire les chantiers en cours et pour en ouvrir d'autres plus ambitieux encore dans les domaines des infrastructures, du développement agricole, de transformation locale de nos ressources naturelles, de renforcement de notre leadership sur le continent autant que sur le marché mondial des minerais stratégiques. Bref coalition pour un Congo fort et prospère... »

Tous, opposition ou majorité, sommes partisans du progrès politique, social, économique, cet appel du Président élu sortant doit toucher chaque cœur, chaque Congolais qui qu’il soit pour se ranger derrière cette volonté idéologique prêchée par un digne fils du pays. 

Do

Show More

Laisser votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs