Politique

Prochain Gouvernement : Bahati et son Afdc/A regrettent-ils?

Théâtre de chez nous. Un scénario propre à la scène politique congolaise. Rémy Musungayi, porte-parole du transfuge du Front Commun pour le Congo, aurait émis le vœu de renouer avec le regroupement de Joseph Kabila. C'est en tout cas le sens que l'on peut attribuer à ses récents propos à travers les médias.

Au moment où le divorce est plus que consommé entre son chef et tout le reste du FCC, Remy Musungay s'est improvisé en sapeur pompier. Tentant de calmer en sa manière les tensions entre l'autorité morale de son parti et Joseph Kabila. Aussi de préparer le terrain pour un nouveau rapprochement entre eux et la coalition au pouvoir pour espérer une suite favorable à la correspondance de son leader au Premier ministre Ilunga Ilunkamba, dans laquelle l'Afdc/A réclamait 4 ministères. Estimant que ces postes leur revenaient de droit. 

« Le professeur Bahati Lukwebo n’est pas contre l’autorité morale du FCC. Il reste toujours reconnaissant et respectueux de son Excellence Joseph Kabila, autorité morale du FCC que nous respectons tous et à qui nous présentons nos hommages les plus déférents », a-t-il déclaré. 

Et d'ajouter : « Joseph Kabila Kabange est un patrimoine commun. Personne n’a le droit de s’en approprier. Le professeur Bahati Lukwebo reste respectueux de la dignité de son Excellence Joseph Kabila Kabange », indiquait Rémy Musungay. 

Des propos considérés par bien d'analystes comme le "mea-culpa de l'Afdc/A aille Bahati à Kabila". car, proviennent d'une des voix autorisées de ce regroupement.

Pour beaucoup, il fallait bien s'y attendre après le double coup manqué du très malin Bahati Lukwebo. D'abord sa forte pression sur le PPRD pour réclamer des postes à la taille de son regroupement politique, l'Afdc/A, puis sa révolution des velours pour se présenter comme candidat au poste de président lors de l'élection du bureau définitif du Sénat. C'était contre la volonté de son autorité morale du FCC. Deux tentatives qui ont toutes échoué. 
Deux tentatives qui ont toutes échoué. Surtout que le quota appartient au FCC et lui n'en fait plus partie. 
À Kingakati, il est perçu comme un traître. Lui à qui revenait une grande part du gâteau au sein du FCC. " ils nous ont porté plainte, ils nous ont humilié, ils nous ont manqué du respect et aujourd'hui Kabila est le patrimoine, (rires), Non et Non, le temps de la flatterie est révolu, ce vieux jeu n'a plus de place", a affirmé un haut cadre du Pprd à propos de Bahati Lukwebo et son Afdc/A. 
HDK 

Show More

Laisser votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs