Politique

Contentieux Électoraux : " le FCC a perdu 10 députés, mais reste républicain. " (Néhémie Mwilanya)

L'épisode des invalidations se poursuit. Aucune famille n'est épargnée des décisions de la haute Cour, a confié Néhémie Mwilanya Coordonnateur du front commun pour le Congo (FCC), en conférence de presse ce jeudi 13 juin.

Selon le député Néhémie Mwilanya,  le nombre d'invalidés de leur côté s'élève à 10. Sauf que le FCC respecte les décisions de la Cour Constitutionnelle, a-t-il indiqué avant de se poser des questions sur les motivations des autres partis politique à réagir avec violence face aux arrêts de la haute Cour, qui pourtant ne souffrent d'aucun recours. 

À partir du moment où il y a des invalidations de part et d’autre, c’est-à-dire que, la Cour Constitutionnelle joue son rôle. LAMUKA compte plus de 70 députés à l’Assemblée nationale. C’est-à-dire que si on en invalide 20, il y a 50 qui sont validés. Au niveau du FCC, c’est aussi le cas. Autant il y a des invalidations, autant il y a des validations. La différence est, que le FCC est républicain”, s’est-il exprimé.

Et d'ajouter : "Je crois que, quand on accorde le rôle d’arbitre à une institution, il ne faut pas s’attendre qu’elle distribue des bonbons d’un côté, et le feu de l'autre. Certainement que, la Cour Constitutionnelle joue son rôle d’arbitre et je suis assailli par les invalidés du FCC », déclarait-il. 

Cela fera presque une semaine que la Cour Constitutionnelle avait entamé la publication de ses arrêts sur les contentieux électoraux des élections législatives et provinciales du 31 décembre dernier. Dans ces décisions en rapport avec le litige qui opposait certains élus, la plateforme Politique Lamuka a perdu 23 sièges dont 21 aux Assemblées nationale et provinciale et 2 au sénat. 

Mécontent, Lamuka avait alors annoncé par Martín Fayulu, une série d'actions de rue de grande envergure dans les heures qui suivaient son speech de Faden House, sa résidence de Kinshasa. La première manifestation était une marché des mamans, élus et cadres de ce regroupement jusqu'au siège de la Cour Constitutionnelle ce jeudi 13 juin. L'objectif était de contester les décisions de la Cour. Marche qui a été par la suite dispersée par la Police. 

Bahati KASINDI

Show More

Laisser votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs