Sunrise Eco

Ministère de l'Economie : le Premier ministre Ilunga ignoré dans le processus de paiement d'une créance de 80 millions de dollars des pétroliers

La ministre de l'Économie, Acacia Bandubola Mbongo a, dans un courrier daté du 22 janvier 2021, communiqué à l’intention de son collègue des Finances, après des négociations préalables avec les pétroliers, la clé de répartition pour le paiement d’une créance des sociétés pétrolières certifiée au 30 juin 2020, lit-on dans AfricaNewsRdc ce vendredi 2 avril 2021.

Dans cette correspondance rédigée 5 jours avant la chute du gouvernement Ilunga Ilunkamba et 7 jours avant la transmission de sa démission au président de la République, la ministre UDPS a sollicité ce paiement à l’insu du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba. Acacia Bandubola a pris soin de ne mettre en ampliation que le Président de la République, le gouverneur de la Banque Centrale du Congo (BCC) et le Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat, alors Désiré Cashmir Kolongele Eberande, en référence de sa lettre n°0210/01/2021 du 22 janvier 2021. D'aucuns " s'interroge comment une demande de paiement d’une si grosse somme s'est effectuée sans passer par le Premier ministre ? Peut-être que la patronne de l'économie nationale a redouté un éventuel refus de paiement du Premier ministre ?".


Au sein du cabinet de la ministre, on croit justifier cette compromission par l’urgence de régler la situation des sociétés pétrolières confrontées à la crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19. "La République démocratique du Congo devait 350 millions de dollars aux pétroliers. Sous Vital Kamerhe, la Présidence a payé 150 millions de dollars à l’origine de la décote de 15 millions de dollars. Il restait donc 200 millions de dollars à leur payer et à l’arrivée de Madame Acacia Bandubola, elle a découvert que les sociétés pétrolières avaient, de leur côté, un litige de 70 millions de la République démocratique du Congo", renchérit AfricaNewsRdc.


Ce dernier poursuit qu'avec elle (Acacia Bandubola), "le gouvernement a négocié une compensation et la dette vis-à-vis des pétroliers s’est plafonnée à 130 millions de dollars à l’issue de la certification des manque-à-gagner et du croisement des créances. D’avoir décidé de payer 80 millions de dollars, le pays ne doit plus que 50 millions aux pétroliers», d'après l'un des Conseillers de la ministre. Malheureusement, ces efforts, fournis par la ministre "sont cependant éclipsés par la mise à l’écart du Premier ministre Ilunga dans le processus de paiement de ladite créance de 80 millions de dollars. Pourquoi, pour s'assurer une bonne retrocommissions?", la question reste posée. 

Bien que niant les faits, des analystes pensent que ce nouveau dossier avec les pétroliers a bel et bien débouché sur une rétro-commission de 12 millions de dollars cachés au Président de la République, mais payés directement à des émissaires par les pétroliers. 

La mise à l'écart du Premier ministre du gouvernement auquel appartient Acacia Bandubola dans ce processus renforce les soupçons d'un mauvais coup. Rien ne justifie l'oubli du principe d’échange des courriers entre deux ministres ou un ministre et une autre institution qui doit être porté à la connaissance du Président de la République et du Premier ministre, même d’un gouvernement évincé. 

BK 

Lire plus

Laisser votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs