Monde

Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé acquittés, la CPI ordonne leur remise en liberté

La Cour pénale internationale (CPI) a "fait droit aux demandes d'acquittement" de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, et prononcé leur libération. Détenu depuis le 30 novembre 2011, le fondateur du Front populaire ivoirien (FPI) va donc pouvoir quitter sa cellule de la prison de Scheveningen, à La Haye.

Avec Anna Sylvestre-Treiner à La Haye, Vincent Duhem, Baudelaire Mieu et André Silver Konan à Abidjan, et Alain Aka à Paris. Cet article est réactualisé régulièrement, les horaires sont donnés en heure de Paris. Pour rafraîchir, cliquez ici.

 

• La CPI a « fait droit aux demandes d’acquittement » des avocats de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé et « ordonne [leur] mise en liberté ».

 

• La mise en liberté des deux hommes est suspendue jusqu’à mercredi, afin de laisser le temps à l’accusation de répondre à la décision historique rendue par la CPI.

 

11 h 55 – Assoa Adou, secrétaire général du FPI : « Nous venons de faire un grand pas vers la réconciliation nationale »

« C‘est une joie immense qui m’envahit, qui envahit mon cœur qui envahit mon esprit. Voilà huit ans que nous courons après la vérité. Et comme l’a si bien dit en son temps le président Sékou Touré : le mensonge court plus vite, et très tôt. Mais la vérité va lentement et fini par le rattraper. C’est ce qu’il se passe aujourd’hui » a déclaré à Jeune Afrique Assoa Adou, secrétaire général du Front populaire ivoirien (FPI de Laurent Gbagbo), au domicile duquel de nombreux militants pro-Gbagbo étaient réunis.

 

« Aujourd’hui, la joie reprend la place, parce que nous venons de faire un grand pas vers la réconciliation nationale », a-t-il ppoursuivi. « Nous pensons que le chaînon manquant de la réconciliation en Côte d’Ivoire va arriver bientôt, et la Côte d’Ivoire sera en paix », a-t-il également lancé.

 

11 h 40 – Michel Gbagbo : « Cela va au-delà de mes espérances »

À Abidjan, le fils de l’ancien président ivoirien, Michel Gbagbo, a déclaré à Jeune Afrique, très ému : « Je suis trop content ! Cela va au-delà de mes espérances. Merci aux Ivoiriens ! ».

 

11 h 20 – Hubert Oulaye : « Aujourd’hui, la vérité a éclaté »

« Nous avons toujours dit que le président Gbagbo était innocent de tous les crimes dont il a été accusé. Nous avons vécu ces événements, nous savons quelle est la vérité. Aujourd’hui, la vérité a éclaté. La justice internationale reconnaît que Laurent Gbagbo n’est pas un criminel. Il est innocent de toutes les charges qui lui étaient reprochées », a déclaré à Jeune Afrique Hubert Oulaye, ancien ministre de la Fonction publique de l’ex-président ivoirien.

 

11 h 15 – Explosion de joie chez les partisans de Gbagbo

La décision de la CPI a été accueillie par des cris de joie des partisans de l’ancien président ivoirien à La Haye.

 

11 h 10 – La CPI « fait droit aux demandes d’acquittement » des avocats de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé « ordonne [leur] mise en liberté »

La CPI « fait droit aux demandes d’acquittement » des avocats de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé et « ordonne la mise en liberté »  de l’ancien président ivoirien et son ex-ministre de la Jeunesse. Huit années après la chute de l’ancien président ivoirien, et trois ans après le début de son procès à La Haye pour crimes contre l’humanité, les juges de la 1e chambre de la Cour pénale internationale (CPI) ont répondu favorablement à la demande de remise en liberté formulée par les avocats de Laurent Gbagbo. Cette décision intervient après quatorze demandes successives de liberté provisoire refusées, et fait suite à l’audience qui s’est tenue le 13 décembre dernier.

 

Arrêté le 11 avril 2011 à Abidjan et détenu, dans un premier temps, à Korhogo, dans le nord de la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo avait été transféré à La Haye le 29 novembre 2011. Son procès a démarré le 28 janvier 2016. Poursuivi pour « crimes de guerre et crimes contre l’humanité », l’ancien président ivoirien a toujours plaidé non coupable. Au fil des 231 jours d’audiences sur le fond, plus de 80 témoins se sont succédé à la barre.

Jeune Afrique 

Lire plus

Laisser votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs