Sport

Basket-ball/Ligue Africaine: BC Mazembe, de Héros à zéro

Ce n'est un secret pour personne, la NBA a placé ses projecteurs en Afrique.

Après plusieurs années de réflexion, dues notamment à la présence massive des africains dans la NBA, la grande ligue Nord-américaine a décidé d'investir directement en Afrique. Ce, à travers la création d'une compétition dénommée Ligue Africaine de Basket-ball (BAL de l'Anglais Basketball African League).

Douze équipes issues des première et deuxième fenêtres, se rencontreront dans une troisième étape. A cette étape, les six clubs issus des poules G (Yaoundé) et H (Kigali) seront associés aux six exemptés des éliminatoires issus de 6 pays à savoir : l'Angola, l'Égypte, la Tunisie, le Sénégal, le Nigeria et le Maroc. 

Les 12 ainsi qualifiés seront reparties en deux conférences et auront trois villes pour livrer chacun 5 rencontres, ce qui donnera un total de 30 rencontres dans l'ensemble. Pour raisons semble-t-il d'infrastructures, les villes de Luanda(Angola), Dakar(Sénégal), Lagos (Nigeria), Le Caire(Égypte), Rabat(Maroc) et Tunis ou Monastir (Tunisie), ont été retenues pour cette étape de 12 clubs. 

Les trois premiers classés dans chacune de conférences valideront leurs tickets pour un championnat de 6 au terme duquel, les 4 meilleurs clubs de ces 6, se retrouveront pour un "Final Four" à Kigali au Rwanda pour une formule directe de demi-finales donc, des matches à élimination directe pour une place en finale.

La grande particularité de cette innovation c'est que, les 12 clubs seront plongées dans les grandes marques partenaires de la NBA, "Nike et Jordan Brand".Des équipements complets comportant entre-autre, les tenues d'entrainement, échauffement et matches officiels.

Ce partenariat NBA - FIBA bureau sous régional Afrique, vise à rendre de plus en plus forte la compétitivité et l'attraction du basket-ball en Afrique. Une véritable révolution amenée par monsieur Adam Silver, le chairman de la NBA.

Mazembe basket-ball de la Rdc, grand absent

C'est toujours un honneur et surtout un très grand prestige que de participer à une édition inaugurale d'une compétition. On a la possibilité de rentrer dans l'histoire. Le BAL se jouera sans le représentant congolais, le champion du Congo en titre , l'ASB Mazembe de Lubumbashi. Déjà éliminé au terme des éliminatoires zone 4, disputées à Libreville, capitale Gabonaise car, classé troisième derrière FAP du Cameroun et Manga Basket-ball du Gabon. Le club congolais avait grâce à la bonne relation de la fédération avec FIBA Afrique, bénéficié d'une invitation pour la suite des éliminatoires. Une présence à Yaoundé où se déroule la deuxième fenêtre des éliminatoires, finalement inutile. 

Après une préparation en dents de scie effectuée à Kinshasa et caractérisée par une certaine indiscipline de quelques athlètes sans conscience, qui ont abandonné les entraînements pour se rendre à Luanda en Angola à un tournoi amical pourtant réservé aux vétérans. Après plusieurs tractations financières, le club lushois, champion du Congo, a fini par se rendre à Yaoundé via Douala où l'équipe a transité pour des formalités administratives.

Le passage à vide des congolais

Placé dans le même groupe avec les Maliens de Police, les Ivoiriens d'Abidjan Basket-ball Club (ABC) mais également les Gabonais de Manga Basket-ball pour les retrouvailles après Libreville, le club congolais a tout perdu. De son estime à son honneur. Le Basket-ball club Mazembe n'a été que l'ombre de lui même. Sévèrement puni dès l'entrée par Manga Basket-ball du Gabon "98-70", le club congolais avait de prêt éviter l'humiliation avec ce score qui avoisinait les "3 chiffres". Avec une absence aux rebonds associée à une nonchalance doublée de la fatigue, le BC Mazembe a sombré et ce, contre toute attente. 

Humilié par Manga Basket-ball, le représentant congolais se devait de rectifier les tirs lors de sa deuxième sortie contre les maliens de Police. Là encore, après un début parfait du match, les protégés du coach Simplice Tshibangu n'ont pas non plus fait le poids. Battus sur les erreurs d'inattention et manque de concentration "92-86", les congolais ont à ce moment laissé passer l'opportunité de postuler à une place en demi-finale. 

Jouer pour l'honneur

Après deux défaites d'affilée, c'était déjà alors plié pour Mazembe qui n'avait plus que son honneur à sauver dans ce tournoi. Mais comme dit-on, le malheur ne vient jamais seul, le champion du Congo n'a pas seulement été éliminé de la compétition, mais a enchaîné un troisième revers en autant de sorties. Une désillusion pour le club congolais qui n'avait jamais aligné trois défaites de suite dans toute son histoire de compétition internationale. Une contre performance qui trouve son origine dans ce que l'on peut appeler,  manque de planification. De la technique aux finances, en passant par l'administration, le voyage camerounais de Mazembe était un véritable "fiasco". 

On ne récolte que ce qu'on a semé

Pendant la préparation à Kinshasa, on a pas reconnu les qualités qui sont familières au champion du Congo entre-autres, l'assiduité au travail, la concentration, la discipline bref la détermination. Il est certes, vrai que, l'espoir était presque minime de voir Mazembe se déplacer pour Yaoundé faute des moyens financiers qui depuis un temps posent énormément des problèmes. Mais cela ne pouvait pas empêcher au représentant congolais de bien préparer la compétition. Si techniquement, il y a eu beaucoup d'insuffisances comme constaté à Libreville pendant les éliminatoires zone 4, administrativement, il y a également eu des choses à dire. Pas de visa au départ de Kinshasa, le club a rencontré de sérieux problèmes avant de rallier Yaoundé. Sur place, l'on notera que seuls "9 joueurs", ont pris part à cette deuxième fenêtre des éliminatoires pour le compte de Mazembe. Véritable souci  quand on connaît le niveau de la compétition mais surtout l'ignore peut-être à dessein l'avantage d'avoir un "banc" bien garni. 
Face aux ivoiriens d'Abidjan Basket-ball club, Mazembe a été obligé de courir  derrière le score du début jusqu'à la fin "76-87", laissant sa peau sur le parquet du palais des sports de Yaoundé. 

Un revers qui entre dans les anales du club champion du Congo et ce, de façon sans précédent car, jamais Mazembe Basket-ball n'avait participé à une compétition de telle envergure sans gagner le moindre match. 

Donc, de Libreville à Yaoundé, le club champion du Congo a subi le plus grand revers de toute son histoire, "cinq défaites en six matches". Un bilan inacceptable pour un club plus d'une fois demi-finaliste de la coupe d'Afrique des clubs champions en passe d'être remplacée par le BAL, entendez Basket-ball African League.

JDM
Lire plus

Laisser votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs