A la Une

RDC : des députés suspendent leur participation aux plénières pour attirer l'attention sur l'insécurité à l'Est

Il s'agit de Jackson Ausse, Geneviève Inagosi, Singoma, adubango, Félix Kabange Numbi, Moise Nyarugabo, Fabrice Badendonga, Didier Manara, et autres qui sont en tête de cette action.

Les faits ont eu lieu durant la plénière de ce mercredi 21 avril 2021 à l'Assemblée nationale de la RDC à Kinshasa. Ces députés 

en majorité FCC et originaires des provinces de l'Ituri, des deux Kivu et du Grand Katanga  disent suspendre leurs participations aux activités de la chambre basse jusqu'à ce que la situation sécuritaire dans la partie Est de la RDC sera prise au sérieux par les autorités politico-militaires, lit-on dans le média en Lisapi.info dont un correspondant se trouvait sur place. 


Alors que l'assemblée s'apprêtait, après la communication du Président de la chambre basse Christophe Mbosso Nkodia, à évaluer la proposition de loi Lutundula portant sur la réforme électorale, l'un des députés élus de l'Ituri a sollicité une motion d'information pour faire part de l'insécurité grandissante dans cette contrée.  

" Nous avons salué les résolutions qui ont été prises notamment celle consistant à dépêcher une mission parlementaire dans le coin dans les 30 jours à venir. Mais sachez que les massacres et tueries eux n'attendent. Nous pensons avoir lancé un message fort aux autorités et particulièrement au Chef de l'État", a déclaré Adjirodu Djari Wilson, député de l'Ituri au sortir du bâtiment de l'Assemblée nationale. 

Ces députés décident donc de suspendre leurs participations aux débats à un jour de l'investiture du Gouvernement Sama Lukonde. "Nous ne sommes pas contre le gouvernement mais contre les massacres et tueries. Nous avons participé aux aux consultations initiées par le Chef de l'État et nos revendications ne portaient que sur l'instauration de la paix dans cette partie. Notre absence ne peut donc pas bloquer le Gouvernement", a-t-il éclairé en justifiant qu'il sera ingrat et inhumain pour lui et se collègues de siéger pendant que le chaos gagne du terrain dans leur province.  

Bahati Kasindi 

Lire plus

Laisser votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs