A la Une

Félix Tshisekedi sur Kabila : " le courant passe bien entre nous"

Le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi ne cède pas aux revendications de sa base et de certains de ses collaborateurs en rapport avec ses relations avec l'ex-raïs.

Dans une conférence de presse conjointe tenue ce vendredi 15 novembre, à Berlin en Allemagne avec la chancelière Angela Merkel, le Chef de l'État congolais a une fois de plus expliqué à l'opinion tant nationale qu'internationale qu'il n'était nullement gêné par la présence de Kabila en RDC. 

Alors que toute la base de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) ne jure que par la rupture de la coopération entre les deux leaders et par ricochet entre les deux plateformes FCC et CACH, Fatshi lui ne l'entend pas de cette oreille. Pour lui, la présence de celui qu'il a remplacé à la tête du pays est plus que nécessaire, car il a plus d'expérience dans la gestion de la chose publique mieux que quiconque. Expérience qu'il n'hésite d'ailleurs pas à partager avec lui. 

"C'est le droit de Joseph Kabila de rester au Congo parce que c'est son pays. Le courant passe bien entre nous deux. Il a une expérience avérée de la gestion du pays et quelques fois nous organisons des rencontres pour parler de certains dossiers dans lesquels il a plus des connaissances que moi... Il le fait de gaieté de cœur et j'en profite pour le remercier ", a répondu celui que les Kinois ont surnommé Monsieur Béton. Avant d'expliquer que son rôle n'était pas de pourchasser Kabila.

Pour certains analystes, il s'agit là d'une réponse sage et intelligible du Président congolais pour calmer les tensions entre les deux camps FCC et CACH dont les membres ne se supportent plus. Pourtant en coalition. 

Le Président de la République avait tenu le même discours à propos de son prédécesseur en marge du Forum de Paris pour la paix tenue quelques jours plutôt avant de se rendre en Allemagne. Question d'éclairer la lanterne à ceux qui pensent que Kabila continue de diriger le pays et que lui n'avait pas beaucoup de marge de manœuvre. 

A Paris, Félix-Antoine Tshisekedi avait également profité de l'occasion pour expliquer les motifs de ses multiples voyages vers l'Occident qu'il a estimé n'avoir pas coûté à l'État congolais plus de 50 millions d'USD. Il dit  à la diaspora congolaise réunie ce jour-là que ses déplacements consistaient à redonner de la confiance aux investisseurs. 

Bahati KASINDI

Lire plus

Laisser votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs