A la Une

Justice : " je n’accepterai sous aucun prétexte des réformes dans ce secteur" (Félix Tshisekedi)

Dans son adresse à la nation à l'occasion des 60 ans d'Indépendance de la RDC prononcée tard dans la nuit de ce lundi 29 juin, le Président de la République n'a pas manqué de donner sa position en rapport avec la question d'actualité portant sur la réforme judiciaire.

Le Chef de l'État a réitéré son engagement a instaurer un Etat de droit en RDC. C'est dans ce cadre qu'il s'est réjoui du fait que le citoyen congolais a retrouvé la pleine jouissance de ses libertés fondamentales de manifester, de résider dans son pays, de ne pas être arrêté pour des raisons politiques.

" La Justice recouvre peu à peu son indépendance. Les avancées enregistrées l’ont été au prix de sacrifices extrêmes", a-t-il indiqué avant de poursuivre que ces avancées ne peuvent être annihilées par des "manœuvres d’arrière-garde qui s’observent chez certains de vouloir légiférer pour déposséder le Conseil Supérieur de la Magistrature du pouvoir judiciaire qu’il détient pourtant par la Constitution".

" Point n’est besoin de vous rappeler que la justice élève une nation. La justice est pour un Etat de droit ce que le sang est pour le corps humain. Voilà pourquoi j’estime que les réformes dans ce secteur doivent être dictées, non pas par le souci de s’assurer une protection d’une personne ou d’un groupe de personnes, mais plutôt par le souci d’apporter plus d’efficacité et d’efficience au fonctionnement de la justice", rappelle-t-il.

Le président de la République a clos ce chapitre en déclarant qu'il n’acceptera " sous aucun prétexte des réformes dans ce secteur qui, par leur nature et contenu, viendraient porter atteinte à des principes fondamentaux régissant la justice tels que prévus dans notre Constitution".

Il s'agit bien évidemment de "l’indépendance du pouvoir judiciaire du pouvoir législatif et du pouvoir exécutif, le pouvoir régalien de nomination des magistrats, la gestion du pouvoir judiciaire confiée au Conseil supérieur de la Magistrature et bien d’autres", souligne-t-il.

Cette question de réforme judiciaire est à la Une de l'actualité congolaise depuis que les députés Minaku et Sakata ont initié des propositions des lois portant réforme de la justice. Ces propositions des lois sont, à ce jour, très controversées, car beaucoup estiment qu'elles visent la capitalisation de la justice. 

Bahati Kasindi

Lire plus

Laisser votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs