A la Une

Gizenga mort, que retenir de lui ?

Yandi vé ... Yandi kaka ce surnom taillé à la mesure de ce digne fils du Bandundu, Antoine Gizenga Fundji. Celui que les congolais considèrent comme l’un des pères de l’indépendance Rdcienne n'est plus. Il est décédé ce dimanche 24 février à l'âge de 93 ans. Parcours digne et noble: député national lors des législatives de 1960, vice-premier ministre dans le gouvernement Lumumba. Il dirige une résistance militaire en septembre 1960.

A l’issue du conclave de Lovanium en août 1961, il est nommé vice-premier ministre dans le gouvernement de Cyrille Adoula. Destitué quelques temps après, il est emprisonné jusqu’en 1964 sur l’île Bula Mbemba à l’embouchure du fleuve Congo. Libéré par le premier ministre Moïse Tshombe en juillet 1964, il crée le 22 août suivant, avec d’autres dirigeants nationalistes, le Parti lumumbiste unifié (PALU), dont il est élu secrétaire général. Arrêté de nouveau, il est en résidence surveillée pendant 14 mois jusqu’au coup d’Etat du 24 novembre 1965.

A la prise du pouvoir par Mobutu Sese Seko dans les années 65, Gizenga se réfugie tour à tour à Moscou, en Angola et au Congo-Brazzaville. Il restera ainsi opposant au régime de Mobutu.
Puis, il se démarque de l’autre opposant Etienne Tshisekedi dans le processus électoral. Il se porte candidat à l’élection présidentielle. Le secrétaire général du Palu est battu au premier tour du scrutin. Mais il occupe la 3è place qui lui amènera à coaliser avec Joseph Kabila.
Doréa 
Show More

Laisser votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs