Société

Haut-Katanga : regain de violence à Pweto

Plusieurs cas de violence, agressions et braquages envers des civils par des hommes en uniforme ont été enregistrés à Pweto dans le Haut Katanga, province du sud-est de la RDC, a rapporté à sunriserdc.com son correspondant sur place.

Dans cette localité d'environ 50.000 habitants (estimation en 2021), il est difficile qu'un crime passe inaperçu. Jeudi 21 avril à 18h, un homme a encore été agressé et dépossédé de tous ses biens. " Il s'appelle Éric et a été victime d'un braquage par des hommes en uniforme armés des fusils et des armes blanches non autrement identifié hier soir vers 18h", a-t-il indiqué à la rédaction. 

Les faits se sont déroulés lorsqu'il rentrait de son lieu de travail pour son domicile en début de soirée. " Il a croisé les assaillants à plus ou moins 50 mètres de sa résidence. L'homme a essayé de résister, mais il n'a pas réussi à rivaliser avec ses bourreaux qui étaient un peu plus nombreux. Ils ont réussi à lui ravir son sac à dos après ... après lui avoir infligé des coups de couteau au niveau du crâne...", explique notre correspondant. 

Et d'ajouter : " Éric a malheureusement perdu dans ce bras de fer tout ce qu'il avait sur lui notamment son argent et ses téléphones. En fuyant, ces bandits ont tiré des coups de feu en l'air pour ne pas se faire prendre", conclut-il en expliquant qu'il s'agit d'un troisième cas du genre en ce seul mois d'avril. 

Éric est actuellement admis à l'hôpital général de Pweto pour des soins appropriés. Mais avant lui, un autre habitant a perdu plus de 8 millions des franc et 700 dollars. Le deuxième 300.000fc. Selon l'administrateur du territoire, cette situation qui inquiète plus d'un, est sous contrôle des forces de l'ordre de la localité de Pweto. "Nous avons tenu un conseil de sécurité aujourd'hui. Nos agents sont à pied d'œuvre pour identifier ces malfrats. Plusieurs stratégies ont été mises en place pour décourager ces pratiques. Nous espérons en venir à bout dans le plus bref délai ", a-t-il rassuré au téléphone de l'un de nos journalistes.

De leur côté, les habitants redoutent que leur petite cité, frontalière de la Zambie ne devienne le théâtre de banditisme et autres types de violence.

Bahati Kasindi 

Lire plus

Laisser votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs