A la Une

Yumbi : Tshisekedi instruit la ministre des Affaires Etrangères de faire le point avec les autorités du Congo-Brazzaville pour faciliter le rapatriement des congolais

Le Chef de l’Etat a, au cours du 38ème Conseil des ministres tenu vendredi 3 juillet par visioconférence suite à la Covid-19, instruit Madame le Ministre d’Etat en charge des Affaires Étrangère Tumba Nzeza de faire le point avec les autorités de la République du Congo dans les jours à venir. Ce sera pour faciliter le rapatriement des compatriotes originaires du territoire de Yumbi qui s’étaient réfugiés dans ce pays voisin à la suite des massacres de décembre 2018.

C'est suite au rapport fait par l’Ambassadeur de la RDC en République du Congo au Chef de l’Etat, ces compatriotes ayant fui les événements de Yumbi vers ce dernier pays « y éprouvent d’énormes difficultés, en particulier des besoins en nourriture. Ils ont presque tous manifesté un besoin pressant de regagner le pays, en retournant à Yumbi », apprend-on du compte-rendu du Conseil des ministres

Par ailleurs, le Président Tshisekedi veut un rapport sur l’évolution de l’instruction donnée par le Gouvernement au GENIE MILITAIRE de procéder à la construction des habitations devant accueillir ces Congolais ayant fui les atrocités qui se sont produites dans cette partie du pays.  

Félix Tshisekedi attend également du Ministre en charge des Affaires Humanitaires et Solidarité Nationale Steeve Mbikayi un rapport au prochain Conseil des ministres  de la visite d’une forte délégation ministérielle que l’Etat Congolais avait délégué au chevet de ladite population lorsque ces événements avaient commencé en décembre 2018.

On se rappellera des nuits macabres des 16 et 17 décembre 2018 lorsque des centaines d’assaillants de l’ethnie Batende ont tué au moins 535 personnes et en ont blessé 111 autres, d’après des chiffres avancés par plusieurs organismes de droit de l’homme et médias internationaux. Les mêmes assaillants avaient aussi endommagé, détruit et pillé plus de 1 500 maisons, centres de santé, écoles et des lieux de vote, d’après des témoignages recueillis sur place et des rapports des Nations Unies et du gouvernement congolais. 
Bahati KASINDI
Lire plus

Laisser votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs