Société

EPST : avec zéro école fictive, l'aire éducationnelle de Lomami surprend

Aucun établissement scolaire de la Province de Lomami ne figure sur la liste des écoles dites "fictives" récemment désactivées par le secrétariat général à l'enseignement primaire, secondaire et technique (EPST). C'est ce que renseigne sa correspondance du 26 mars dernier adressée aux Gouverneurs des provinces.

La réputation de cette aire éducationnelle reste donc intacte. Ce, malgré les allégations qui circulent sur les réseaux sociaux accusant certains notables de cette province d'être promoteurs des écoles fictives. " Certains ont été abusivement taxés des promoteurs des écoles fictives, certains d’entre eux ont même subi des lynchages et des humiliations dans les réseaux sociaux voire des médias. Alors que la province de la Lomami ne possède aucune école créée sur base d'un faux arrêté et qui bénéficierait des frais de l'État. Elle poursuit calmement son développement dans le secteur de l'éducation malgré ses moyens limités", a expliqué le Proved Dieudonné Mposhi aussi victime du lynchage des personnes mal intentionnées. 

Quelques chiffres importants 

" À ce jour, cette province est classée comme l’une des plus grandes provinces éducationnelles du pays. Son développement a commencé en 2006. Elle est passée de 5 à 19 sous divisions provinciales éducationnelles. Les pools d’inspection provinciale primaire et secondaire quant à eux, sont passés de 10 à 38. Lomami n'avait que 5 bureaux antennes SECOPE et aujourd’hui elle en compte 19. Il faudra également ajouter que cette province d'environ 56 426 km2 et 2.048.839 habitants (statistiques de 2006) n'avait que 2 bureaux de sous-coordination", indique-t-il. 

" Aujourd'hui, grâce aux efforts de ses fils et filles appuyés par l'État congolais, ce territoire compte 3 300 écoles, démocratisant ainsi l'accès à l'éducation dans cette partie du pays où, des élèves des fois encore très jeunes et enseignants, devraient parcours plusieurs dizaines des kilomètres pour trouver un établissement d'enseignement scolaire", renchérit-il.

Une décision qui lave les autorités et notables 

Suite aux recommandations formulées par l'Inspection Générale des Finances (IGF) à l'issue de la mission qu'elle a effectuée au Ministère de l'Enseignement Primaire, Secondaire et Technique, le Premier Ministre avait  demandé au Ministre d'Etat, Ministre ayant en charge l'Enseignement Primaire, Secondaire et Technique d'instruire le SECOPE "de procéder à la désactivation des écoles fonctionnant avec de faux arrêtés, de leur personnel, des agents avec des données d'identification irrégulières ainsi que des doublons", a indiqué le secrétaire général à l'enseignement.

Ainsi grâce à cette décision de désactiver les écoles fictives créées sur base des faux arrêtés rendue public, les responsables du secteur de l'éducation de Lomami espère poursuivre l'élan de démonstration de l'enseignement primaire secondaire et technique, gage du développement de leur territoire, loin des distractions.



Bahati Kasindi

Lire plus

Laisser votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs