Société

Kinshasa : une start-up congolaise conçoit des casques "Made in RDC" pour les motos

Les villes de la R.D. Congo sont depuis quelques années inondées par les transporteurs de moto, communément appelés "WEWAS". Ils profitent de l'absence des moyens de transport adéquats comme des bus, tramways, taxi-bus, autres moyens de locomotion.

Malgré leur entreprise louable, ils s'exposent, eux-mêmes et les passagers qu'ils transportent, à un grand danger. Car, ni eux, ni leurs clients ne sont protégés par des casques. Ces derniers qui, en cas d'accident, ont pour fonction d'amortir le choc et réduire ainsi le risque d'une grave blessure ou d'une mort subite.

Alors entre refus volontaire des conducteurs à porter cet équipement, l'importation des matériaux de mauvaise qualité sur le marché congolais en provenance de l'Inde et de la Chine et la non-implication des autorités à l'imposer, les Congolais habitués à se déplacer à moto se retrouvent obligés à s'en passer. À leurs risques et périls.

C'est donc dans le souci de palier à ce problème qu'ADIS, une start-up congolaise d'ingénierie s'est lancé dans la conception des casques en fibre de verre "Made in Congo" dont les matériaux sont mélangés avec de la résine, plus résistant que ceux en polycarbonate qui proviennent de l'Asie principalement de l'Inde et de la Chine. 

Lire ! Kinshasa : un "wewa" pas comme les autres !

Connaissant bien les caprices des conducteurs des motos-taxis Kinois, ce constructeur qui s'installe en République démocratique du Congo a pensé à tout pour répondre aux exigences de son marché. " Au Congo et principalement à Kinshasa, beaucoup de Wewa ne portent pas de casque en avançant diverses raisons. Mais notre casque est idéal, car il répond aux caractéristiques suivantes :  il serre légèrement dans les premiers milliers de kilomètres, il ne fait pas mal, il ne bouge pas lors des gestes brusques de la tête, il serre confortablement à la tête et ne permet même pas de glisser un doigt entre la mousse et le front", explique Freddy Kanyiki, numéro 1 d'Adis en RDC.


" Le phénomène « wewas » au-delà d’être une solution de transport rapide dans la ville, est aujourd’hui un danger réel que nul ne peut s’en passer", ajoute-t-il. "Pour répondre aux standards de sécurité, nos casques comprennent un écran, c'est-à-dire un filtre contre le soleil et améliore la sécurité de conduite, une boucle de sécurité qui empêche le casque de se détacher en cas de choc et deux calottes dont une est interne et une autre externe. La première constitue le premier niveau de protection et le seconde offre le confort, la protection et le maintien sur la tête. Il faut donc noter qu'un casque de moto ne protège pas uniquement des chocs. Il améliore également le confort de l'utilisateur et l'aide à faire face au soleil, à la pluie, au vent ou aux insectes qui peuvent perturber sa conduite", explique Freddy Kanyiki.

Lire aussi ! Kinshasa : les chauffeurs des motos-taxi et le casque ne font pas bon ménage

Cette start-up congolaise pense qu'avec le soutien des autorités, plusieurs cas de décès dus aux accidents de circulation routière peuvent être évités rien qu'avec une loi imposant le port obligatoire du casque. Aussi, la production locale de ces équipements bénéficiera au pays, car ce marché est jusque-là, dominé par les produits importés. "La majorité de ces casques ne sont pas IS0 certifiés et sont faites de matériels de moindre qualité. Ce qui explique le coût de 20-25$. Le casque européen coûtant 50-60$ ne sont importés qu'en moindre quantité par YAMAYA qui par contre les revendent entre 150 à 200 $. Pensez maintenant si cela était conçu localement", conclut-il.

Faute d'une implication des autorités, les  moto conducteurs des motos-taxis de Kinshasa et des provinces ne se sentent pas obligés de porter le casque lors de leurs différentes courses. S'exposant ainsi à des risques énormes. 

BK 

Lire aussi ! Kinshasa : au cœur des embouteillages de Tshangu

Lire plus

Laisser votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs